• TROUVAILLE DANS UN TIROIR

    Trouvaille dans un tiroir 

     

    Coucou me revoilà après une longue absence . Je vous remercie pour vos messages lus sur mon téléphone pendant 40 jours .

    Darty et Toshiba n'ont pas réussi à me  rendre anti-ordi .

     

    Pendant ce temps, avec Le Ch'tit Gars et La Louisette, La Ch'tite gâte a fait du tri dans la maison du Piarre et de La Tonine. Assis sur leur nuage avec tous leurs amis, ils ont bien dû voir que leurs enfants avaient  fait quelques trouvailles. Et là-haut, La Tonine doit être ravie de la trouvaille que je mets en ligne. Elle l'a cherché plusieurs fois  sans succés.

     Voici donc le menu de mariage du Piarre et de La Tonine .

     

    Pour revoir leur photo de mariage , vous pouvez revoir cet article ici 

    Le Piarre et La Tonine se sont donc mariés en pleine guerre, en octobre 1943. Ben oui, c'était un cas d'urgence puisque La Ch'tite Gâte est née en février 1944.

     Ce menu a été retrouvé au fond d'un tiroir et  La Tonine le croyait perdu . Il a un peu vieilli .Les tâches sont peut-être celles laissées par un morceau de moka au café.happy

    Le repas avait été réalisé par La Berthe, la même personne qui avait confectionné les robes des mariées.Tous les produits provenaient des 2 fermes des grand-parents de la Ch'tite gâte ( sauf le vin ).

    En 2015, Le Piarre avait raconté une anecdote à La Ch'tite Gâte. Avant leur préparation, 2 pintades sont allées se percher sur le clocher de l'église toute proche du restaurant où se préparait le repas. Et d'après Le Piarre , il a fallu prendre une carabine pour les récupérer. Heureusement que c'était dans un village des bouchures non occupé par les allemands.

    La Ch'tite gâte sait que La Berthe avait imprimé les menus ou fait imprimer. Ce repas était à midi. Il y a peut-être eu un dîner le soir comme c'était la coutume à l'époque. Mais La Ch'tite Gâte n'en n'a jamais entendu parler.

     

    Je remarque que l'honneur n'était pas laissé à la mariée pour ce menu .Les lettres B et V  signifiant BERTHON ( nom de famille du Piarre ) et Valette ( nom de jeune fille de La Tonine ).

    Si VOUS VOULEZ REALISER LE MEME REPAS , VOUS AVEZ L'AUTORISATION DE COPIER LE MENU. POUR MA PART, UNE SEULE VOLAILLE SUFFIRA . A VOS FOURNEAUX!

     

     

    « La Bosse des maths

  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Juin à 18:21
    Francis

    Beau souvenir, de là où ils sont...
    L'ordre des initiales des noms de familles, époux suivi d'épouse est le même ici sur un service de table de mes grands parents maternels et comme c'est P-G à chaque fois le même ancien d'une autre branche rigole en laçant "Prisonnier de Guerre"... ça le fait rire...
    Je remarque que la volaille est à l'honneur, pas le boeuf, ni le poisson ?
    Bises et bonne semaine Nicole 

      • Lundi 26 Juin à 18:58

        @Francis : Merci .Ce devait être la coutume cet ordre des initiales  .Les femmes n'avaient pas beaucoup de droits à l'époque. Amusant ton P.G .En 1943, le poisson bourbonnais ne pouvait qu'être pêché dans la rivière du coin. Par contre , tuer un boeuf à la ferme, impossible.Mes grand-parents étaient métayers et un boeuf ou un cochon ne leur appartenaient pas . Les volailles avaient été élevées pour le mariage avec autorisation pour une partie du régisseur .Je suis contente de pouvoir de nouveau voir tous vos blogs.Bonne semaine à toi et à M.C.

    2
    daniel63
    Lundi 26 Juin à 18:52

    Heureusement qu'il y a le vieux marc du pays pour caler le tout !!!

    Le pâté de jambon me tenterait bien !happy Si tu as la recette ....

    Je pense avoir une réponse aux questions de Francis , mais je te laisse l'honneur !

    Pour avoir vu des menus de ce style ( mes grands-parents entre autres ) , on m'avait expliqué que chacun ne mangeait pas forcément de tous les plats . Mais il y avait bien de quoi faire quatre heures et éponger le Saint-Pourçain parmi les tartes , brioches , etc ....!

    La Berthe a bien dû dormir le soir !

    Bien sympa ces souvenirs ...

     

      • Lundi 26 Juin à 20:39

        DANIEL  Merci.Tu as peut-être d'autres réponses à apporter . J'avoue n'avoir pas posé la question du boeuf quand il était encore temps .Mais je sais qu'ils n'allaient pas chez le boucher après la guerre pour des raisons pécuniaires. 

        Le pâté de jambon, je ne connaîs pas la recette .
        Je suis allée à un mariage en 1949. Et je me souviens que j'en avais assez de rester à table .C'était encore un menu de ce style .

        Je sais que pour tuer les volailles , La Berthe était aidée par les femmes de la maison .De plus j'ai le nom d'une dame qui cuisinait bien et l'avait aidée .Mais j'aurai quelques explications à demander à une de mes amies de l'Ephad. Une d'elle s'est mariée en 1940 et a une mémoire d'éléphant .

    3
    Lundi 26 Juin à 19:06
    eMmA MessanA

    Ce joli trésor est intéressant avec en plus les anecdotes que tu rapportes. Je ne l'imagine tout de même pas dans un collage... 

    Ravie de te retrouver !

      • Lundi 26 Juin à 20:41

        Emma : Merci.Ce menu dans un collage couperait l'appétit happy Moi aussi je suis contente de vous retrouver.

    4
    Gilles
    Lundi 26 Juin à 19:08
    Valait mieux habiter a la campagne qu 'à Paris en 43 !
      • Lundi 26 Juin à 20:44

        Gilles : Bienvenue sur mon blog. En 1943 , je sais que tu ne pouvais être à Paris happy Mais là, tu as tout à fait raison.

    5
    Simone
    Lundi 26 Juin à 19:19
    Sais-tu ce que j' aime vraiment beaucoup : les deux pintades qui sont allées se percher sur le clocher. Ils ont du bien rigoler en prenant le fusil pour les rattraper. Heureusement que les Fridolins n' étaient pas dans le coin. Oula ! ce menu....jamais je n' aurais pu manger autant, et puis j' aurais fait attention à garder de la place pour les desserts. C' est super d' avoir retrouvé ce menu, la Berthe s' était surpassée. Bisous
    6
    Lundi 26 Juin à 20:50

    Simone : Pas bêtes les pintades ! Tous les menus de cette époque me semblent être ainsi .Mais comme le dit Daniel, les gens ne mangeaient pas de tout. Je t'assure que ma maman l'a cherché ce menu.Et le hasard me l'a fait retrouver sans chercher. Pour moi , c'est un véritable trésor .yes

     

    7
    Lundi 26 Juin à 22:07
    Marité

    Roooh, ben dis donc, il fallait avoir un bon estomac... Et pas de trou normand ? Je suppose qu'il y en avait pour deux repas. Je me souviens de repas de fêtes familiales et il est vrai que l'on ne chipotait pas sur les plats :-)
    GROS BECS Nini !

      • Mardi 27 Juin à 09:41

        Marité: Merci.J'ai un peu délaissé ton blog .Mais ne t'en fais pas, je reviens .Je n'ai jamais eu de repas familiaux avec autant de plats que pour les mariages jusque vers 1955 ( j 'ai retrouvé quelques menus ).Avec ça, on a mangé pour une semaine.A l'époque , pas de Tupperware pour en emportersmile.Comme il y avait 2 repas avec le dîner, je pense que ça faisait pour les deux.Mais pas sûr! Belle journée!

    8
    Cornus
    Mardi 27 Juin à 07:33

    Ah, te voilà enfin revenue... C'est bien !

    Au sujet de ce menu, cela m'interpelle aussi tous ces plats de volailles. Effectivement, les invités ne mangeaient pas forcément de tout. Moi, j'ai appris ce qu'était un salmis, même si j'avais déjà entendu le terme.

    Mes grands parents étaient d'une "demi-génération" antérieure puisqu'ils s'étaient mariés au début des années 1930. Mais j'ignore la manière dont cela se passait. Pourtant, j'aurais pu avoir un témoignage de premier plan puisque ma grand-mère paternelle morvandelle, outre son mariage, avait travaillé avant dans un restaurant où étaient organisé des repas de mariage, entre autres. C'était le restaurant, mais cela ne devait pas être royal non plus, car c'était quand même dans la campagne morvandelle. Elle avait après son mariage tenu un café-restaurant à Autun, mais c'était un établissement style ouvrier même si le terme est impropre. Le second mari de ma grand-mère, lui, avait été un temps commis de cuisine dans le plus grand restaurant de Dijon. Ils n'ont pas fait carrière dans la cuisine, mais s'y connaissaient et cela a été transmis à mon père, et aussi et surtout l'envie de bien et généreusement manger. Ils ont connu la guerre et les privations, mais depuis dans la famille, on n'a jamais manqué dans son assiette, très loin de là. Et pas de gaspillage pour autant. Une question de savoir vivre.

      • Mardi 27 Juin à 09:50

        Cornus:Merci. Ton "C'est bien" me fait rire .J'attendais derrière un " Peux mieux faire "happy Evidemment , je pensais à Fromfrom en lisant cela .Je vais revenir dans le blog des Hauts de France , sans tarder.

        Tu sais bien que ta campagne morvandelle d'origine et la campagne bourbonnaise c'est kif kif .Mais , en campagne, les restaurants faisaient et font de la bonne " bouffe " avec les produits du coin.Il me semble que tu es doué en cuisine.Tu pourrais devenir cuistot dans ton lieu de travail....un chef-cuistot évidemment happy avec cuisine morvandelle et bretonne happyOuah ouh!.

      • Cornus
        Jeudi 29 Juin à 21:36

        Je ne suis pas un grand cuisinier, je sais faire quelques "spécialités", c'est tout. C'est surtout Fromfrom qui cuisine. De la cuisine bretonne ? Tu veux me faire mourir ? A part les crêpes au sarrasin, les Bretons n'y connaissent rien. Le peu qu'ils connaissent, on a dû leur apprendre. Non non restons-en à nos cuisines auvergnates, bourguignonnes et lyonnaises, il n' y a que ça de vrai ! :-)

      • Vendredi 30 Juin à 18:29

        Cornus: happyTu me fais rire. Heureusement que tu exportes les 3 cuisines citées en Bretagne . Moi , j' aime bien tout ce qu'ils font , les Bretons.

        Cet été, tu  pourrais donner des cours de cuisine bourguignonne sur une plage bretonne avec un chapeau rond happyremplaçant la toque .

      • Cornus
        Samedi 1er Juillet à 10:36

        Tu aimes tout ce que font les Bretons ? Mon Dieu, tu ne connais pas tout ce qu'ils font, mais si c'est ni fait ni à faire ! Le vin par exemple, à moins d'avoir un estomac blindé en acier inoxydable, comment est-possible ? Le fromage, à part les horreurs industrielles délocalisées Président, peux-tu citer un seul fromage correct ? Non non, cette région est à fuir ! :-)

      • Dimanche 2 Juillet à 17:41

        Cornus: J'aime le Kouign Annam, le porc breton ...Si Fromfrom lit ton com, tu vas l'entendre chanter.Et surtout pas de bretons sur ton blog ...on ne sait jamais comment ils sont happyhappyhappy

      • Cornus
        Dimanche 2 Juillet à 19:16

        Si Fromfrom chante, ce sera un moindre mal (elle chante plutôt bien et juste), mais je crains qu'elle soit bien plus violente que ça et me pourchasse avec un lourd rouleau à pâtisserie. Tu as raison, on ne sait pas comment ils sont les Bretons, mais je peux te dire qu'il n'y a rien de bon chez eux. :)

      • Dimanche 2 Juillet à 20:12

        Cornus: J'ai envie de te dire : " Pauvre chou! ".Tu  te défoules verbalement . Et demain, tu seras obligé de redevenir le sérieux Big Chief happyhappyyes

    9
    Mardi 27 Juin à 09:04

    J'avais un grand-oncle qui devait sortir la carabine lorsqu'il voulait manger des pigeons de son pigeonnier.
    mais il ne les atteignait pas du premier coup!

    J'ai le menu du repas que ma mère, entre autres, avait servi au Général de Gaulle à Calais, après la fin de la guerre, le 12 août 1945

    c'est ici

    10
    Mardi 27 Juin à 10:01

    LMPT 73: Merci pour le lien vers le menu servi par ta maman au général De Gaulle. Ce repas  avait moins de plats, mais me semble succulent. Et là , il y a du poisson puisque Calais avait du poisson frais .

    Les pintades vivaient dans la cour de la ferme .Elles ont du prendre peur en arrivant dans un bourg à quelques kilomètreshappy  D'après ce que m'a dit mon père , les pintades n'ont pas été atteintes du premier coup.yes J'aimerais bien retrouver quelques anciens de Voussac 03 qui se souviennent de cet épisode .

    Pour la petite histoire , lors de ma première année d'école primaire faite dans cette commune, je mangeais à midi chez La Berthe qui faisait réchauffer le contenu de nos paniers.

    11
    Mardi 27 Juin à 21:26

    Et bien voilà un repas  qui me convient pour midi. 

    Oh tiens , il pourrait même en rester un peu pour le soir. 

    Tchin tchin !!!

    12
    Mardi 27 Juin à 21:50

    Khaz: Merci de ta visite .Je crois bien qu'il y en a pour huit jours happy Tchin Tchin avec le marc du pays .

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    13
    campanule
    Mercredi 28 Juin à 13:16

    quel bonheur de posséder le menu du mariage de tes parents, je n'ai pas cette chance. Le menu est bien fourni, les anciens étaient gourmets, gourmands, les repas duraient jusque dans l'après-midi, avec des petites histoires et chansons, l'esprit famille était bien présent, le menu assurait le déjeuner et le "quatre-heures" ! ! Bises. Renée

      • Mercredi 28 Juin à 18:02

        Campanule: Merci. Je l'ai trouvé, par hasard,  il y a environ 15 jours au fond d'un tiroir en vidant un meuble de la maison de mes parents . Je l'avais déjà demandé à mes parents depuis longtemps et ils ne croyaient plus l'avoir. Donc je ne le cherchais pas c'est sûr. Mais je suis ravie de cette trouvaille yes

    14
    Vendredi 30 Juin à 10:03

    En temps de guerre, c'était un véritable festin !
    Belle trouvaille ce menu et sans doute un moment émouvant de l'avoir entre tes mains.
    Bonne journée

      • Vendredi 30 Juin à 18:23

        In the mirror: Merci Katia .C'est mieux qu'un lingot d'or happy

    15
    Dimanche 2 Juillet à 17:02

    Bonjour ALN,

    Voilà un menu avec de bonnes choses que l'on ne retrouve plus aujourd'hui. J'ai l'eau à la bouche avec le moka au café dont je rêve bien souvent, le bon café, le vieux marc (bien que parfois on m'en envoie du fait maison) et la pièce montée. Un menu bien chargé où l'on passait des heures voir tout l'après-midi à table, c'était dur dur pour nous gamin de l'époque. 

    Pas folles les pintades, savaient-elles ce qui les attendait pour aller se percher sur le clocher? En te lisant, je pénètre bien dans la scène. C'est un bonheur.

    Je me souviens des mariages dans mon village, les préparations etc. Beaucoup de nostalgie de cette époque car ensuite sont apparus les traiteurs. 

    Je collectionnais beaucoup de choses donc certains me disaient  que j'avais des collections de collections et dans ces collections, j'avais des menus de grands restaurants et mariages qui ont disparus dans les vols. Ton article m'enchante et me fait resurgir des souvenirs.

    Toujours agréable de te lire.

    Bonne fin de journée ALN et contente de te retrouver.

     

      • Dimanche 2 Juillet à 17:37

        Marie-Jo 21: Merci .Le moka au café, le vrai,  c'est bon mais caloriquehappy  ! Tu penses bien que les pintades voulaient retourner dans leur ferme qui était soit à 4km , soit à 12km ( je ne sais plus lesquels de mes grand-parents avaient élevé les pintades )

        Chaque village avait une cuisinière attitrée pour les repas de mariage, de communion et ...de batteuse happy

        Bonne fin d'après -midi

    16
    Lundi 3 Juillet à 20:08

    J'avoue que je suis sacrément surpris d'un tel menu surtout en temps de guerre.Bon d'accord je veux bien que le chtite Gâte devait grossir d'autan plus que le Piarre avait mis la charrue avant les bœufs avec la Tonine.Bises

      • Lundi 3 Juillet à 21:42

        Héraime : Merci.Moi aussi, j'ai été surprise même si tous les produits venaient des 2 fermes. Enfin, le village n'était pas occupé. Ils ne devaient pas avoir faim .Mais j'ai trouvé des menus de 1938 et 1950 qui avaient autant de plats .Et  mariages le même jour ! les gens ne devaient pas manger de tout .

    17
    h2o-
    Lundi 3 Juillet à 21:24

    Encore une belle page souvenir d'antan.  Mes parents ce sont mariés en 47 mais je ne sais rien de ce jour si ce n'est que leurs parents n'étaient pas enchantés. C'est clair que le mariage, c'est bien différent de nos jours à tout point de vue... Nous avons eu la chance de ne pas connaitre la guerre, mais chaque période a  ses combats à mener. Pour la reconnaissance des femmes et de leur travail, il y a encore du chemin à faire...

    Bises et à bientôt

      • Lundi 3 Juillet à 21:52

        H2O: Merci .Je suis trop contente quand ma Combraillaise préférée peut accéder à internet et au blog . On n'a pas connu la guerre .Mais la période actuelle est très bizarre.

        Au moment de sa retraite , ma mère a été considérée comme n'ayant pas bossé à partir du jour où mon père a été fermier .Avant son père l'avait déclarée comme aide familiale et elle l'a été 7 ans encore quand mon père était considéré comme domestique de son père , métayer .Finalement ,elle a eu 580 euros de retraite alors que beaucoup ont 200 euros de moins. A bientôt !

         

    18
    Dimanche 9 Juillet à 09:22

    C'était un excellent repas. Bonne journée.

    19
    hélène
    Jeudi 13 Juillet à 09:35

    Quel menu alléchant! un peu lourd, mais parfait pour les gourmands. Je t'embrasse. bien fort.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :