• Première Rentrée de La Ch'tite gâte

    comme remière rentrée scolaire de la Ch'tite Gâte

     

    Première Rentrée de La Ch'tite gâte

     Photo scolaire  personnelle 1950

     

    1er octobre 1949 .La Ch'tite Gâte a cinq ans et demi  et peut être accueillie dans l'école de son village "Au milieu des bouchures " . Pas de classe maternelle dans les villages !

    Depuis quelques temps , son grand -père lui répète , en souriant ,  qu'elle devra bien travailler à l'école si elle veut devenir plus tard institutrice . En effet , elle apprend à lire les quelques lettres  qu'elle connaît déjà à son unique poupée à la tête en chiffons ( pas de bol pour la poupée , sa tête en porcelaine n'a pas résisté à une chute sur le ciment de la cuisine ) .

    La Ch'tite gâte  n'aime pas vraiment jouer à la poupée . Elle préfère jouer avec les personnages découpées dans le catalogue de La Redoute . Mais pour jouer à l'école , la poupée est utile .

    C'est son petit  frère qui joue le plus avec  la poupée : celle-ci  est la gardienne de ses vaches en cornichons . Personne ne lui a donné l'ordre de jouer avec l'unique poupée de la maison .

    La veille de la rentrée , La Ch'tite gâte essaie de nouveau sa blouse en satinette noire que sa grand -mère  a confectionnée en y ajoutant un joli galon rouge 

    Le cartable marron , en carton bouilli,est fin prêt avec un cahier , un crayon et un porte-plume .

    Qu'il est beau ce cartable neuf !

    Première Rentrée de La Ch'tite gâte

     

     

    Mais l'équipement le plus encombrant , c'est le panier en osier avec un couvercle dans lequel elle emménera son déjeuner . En effet , pas de cantine dans son école à deux  classes et elle habite à deux kilométres  de l'école . Et le repas de midi à l'extérieur , c'est une grande première! 

    Première Rentrée de La Ch'tite gâte

     

    Le matin de la rentrée , La Ch'tite Gâte et sa maman prennent à pieds le chemin de l'école .

    Première Rentrée de La Ch'tite gâte

     

    La Ch'tite Gâte  est très heureuse de devenir une grande . Son frére cadet  restera à la maison . Dés son arrivée au bourg du village , elle va déposer  ,  chez La Berthe , son panier et son "poton" en aluminium.

    Première Rentrée de La Ch'tite gâte

    Il  contient du canard et de la purée ( commande faite à sa mémé depuis au moins deux mois ) La Berthe est la patronne d'un bistrot .Elle fera réchauffer les "potons" de plusieurs enfants à midi et ceux ci mangeront chez elle .Elle n'a pas eu besoin de 12 agréments et 15 assurances , La Berthe  Elle rend service , un point c'est tout . Ils seront ses enfants pendant une heure et demie , à elle qui n'en a pas eu .

    A l'arrivée dans la cour de l'école ,La Ch'tite  retrouve quelques têtes connues , puis elle  rentre en classe avec sa maîtresse qui a une blouse à carreaux .Elle a sûrement appris à se mettre en rang deux par deux , mais depuis ce temps , elle a oublié ce détail.

    Ecrire , elle sait déjà , un peu  ! Donc pas un événement ! La maîtresse a bien du la faire écrire ce jour-là . Mais elle ne  s'en souvient pas .

    Le panier et le "poton" , c'est le premier événement marquant de ce jour . Le deuxième événement c'est la distribution , par la maîtresse, du livre de lecture . Là ,la ch'tite gâte  se souvient que ce livre est rapiécé de tous côtés, mais qu'il raconte l'histoire de Lili, Toto et du gros René . La fillette aime bien ces personnages qu'elle découvre en feuilletant le livre . La maîtresse a sûrement  demandé de le feuilleter . Cette méthode de lecture ,  c'est  "En riant , la lecture sans larmes " Elle  ne se souvient pas avoir vraiment ri en voyant  ce livre .

    En effet , la Ch'tite gâte a l'impression d'avoir feuilleté ce livre toute la journée . Elle se souvient avoir vu de suite que René frappait sur un rat avec un bâton .C'était normal pour elle qui arrivait de la ferme où les rats n'étaient pas les bienvenus . Elle se souvient aussi de Lili jouant avec le chat ,Titi . Lili tirait aussi le fil d'une grosse bobine .

     

    Elle a bien du aller en récréation .Mais pas d'autres souvenirs de ce premier jour .

                   
     Pages dPremière Rentrée de La Ch'tite gâte

    Voici retrouvées sur internet , le livre et les pages dont elle se souvient .

    Ce livre a été imprimé en 1931 ( première édition ).

    Pas sûr qu'elle ait vraiment ri en regardant ce livre  imprimé avant la guerre .

         
     
     

    Première Rentrée de La Ch'tite gâte

     

     

    Première Rentrée de La Ch'tite gâte

     

     

     

     

    Première Rentrée de La Ch'tite gâte

     
     

     


     
     

    Première Rentrée de La Ch'tite gâte

     
     

     

     

     

               

     Je vais vous dire un secret  .Cette  rentrée fut la première d'une série de cinquante rentrées scolaires . Donc normal que la Ch'tite gâte  ait oublié beaucoup d'activités de ce premier jour de classe .  Et, en ce temps -là , le rythme scolaire , c'étaient cinq jours  de classe  par semaine avec congé le jeudi .       

    Un clin d'oeil à Epamine et à Francis à qui je souhaite beaucoup de courage pour cette rentrée .         

     
     
     
     
     
     

     

     

     

     

    « 26 août 1944Zette à l' école ménagère itinérante »

  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Septembre 2014 à 22:32
    Epamine

    Merci tout plein pour ton affectueux clin d’œil, ma Nicole.♥

    Que j'aime :" Elle n'a pas eu besoin de 12 agréments et 15 assurances, La Berthe !" ;o)

    C'est tellement dommage que tant de bonnes volontés soient aujourd'hui découragées par toute cette paperasse qui sert juste à rassurer les assureurs et à flanquer la trouille aux instituteurs...

    Mon billet paraîtra en écho demain matin (à 8h30, précises!) et mon Poucet répondra à ton gros René...

    Bises d'Ep' qui a ciré son cartable...

    2
    Lundi 1er Septembre 2014 à 22:56

    C'est une belle histoire, le début d'un livre passionnant.

    Mon livre à moi c'était la méthode Boscher.

    Mais ma maman m'a dit récemment que ce n'était pas vrai. Il faut dire que je suis passé rapidement du livre de lecture au dictionnaire Larousse...

     

    dominique

     

    3
    Lundi 1er Septembre 2014 à 23:04

    Epamine : Merci .Bien contente que ton Poucet arrive pour gronder le gros René .J'espère que tu rentres sereine, charmante dirlo ,  avec paperasse en règle et que tu vas avancer au bon rythme happy

    Ton cartable en carton bouilli est bien ciré happy.Donc pas d'inquiétude pour toi .Bon courage Ep' et sourires aux lévres de rigueur .J'oubliais que tes grands n'allaient pas pleurer .Je te souhaite de gentils élèves avec des parents sympas Bises d'encouragement 

    4
    Lundi 1er Septembre 2014 à 23:17

    Papydom:Merci . La méthode Boscher était au moins plus gaie .Et un dico , c'est super!

    Mais je pense que le village n'avait pas d'argent pour acheter les bouquins neufs .Donc , tu vois , on apprenait  à cogner sur les rats dés  le premier jour de classe .yes

    Mon livre de lecture , je ne m'en souviens plus,  aprés les premiers jours .Je lisais surtout le journal .

    Parfois , j'ai l'impression d'avoir appris à lire toute seule .Je dois être un peu bredine !

     

     

     

    5
    Mardi 2 Septembre 2014 à 05:52
    Francis

    Merci Nicole pour ces souvenirs rappelés, ordonnés, mis en mots et publiés. Moi qui en suis au delà de 50 rentrées, réformes de la retraite oblige, je n'ai pas de souvenirs scolaires aussi précis de ces premières années. Il faut dire qu'à la toute première rentrée, la dame m'a piqué mon ours en peluche ; après ça, difficile de s'intéresser au reste, au moins ce jour-là ! ("C'est mon nounours !"). Difficile aussi de vraiment s'intéresser et passer une journée à feuilleter un tel livre de lecture aussi pauvre en récit et en illustrations, mais sûrement efficace en matière d'apprentissage de la lecture... Mais bon, du canard et de la purée chez La Berthe, avec les copains et les copines, ça, c'est plus rigolo !


    Merci aussi pour ton clin d'œil qui nous accompagne. Il a l'air de dire que question rythme, pas sûr qu'on tienne le bon !? clownsarcastic Bises et bonnes recherches, lectures, rencontres...

    6
    daniel63
    Mardi 2 Septembre 2014 à 06:14

    Quels souvenirs !

    Effectivement , la rentrée était début octobre !

    Effectivement , ton bouquin n'était pas folichon ....

    Pas d'autres souvenirs du premier jour que d'avoir fait le chemin de l'école avec ma mère ...Il y avait un internat où mangeaient ceux de l'extérieur ; donc pas de Berthe !

    Il est vrai qu'à l'heure actuelle Berthe serait poursuivie par toutes les administrations , Ursaff compris ! La notion d'entr'aide n'est plus intégrée dans la conception du monde , pas plus que celle de loisirs non dirigés ...

      

    7
    Mardi 2 Septembre 2014 à 07:11

    Que de mauvais souvenirs!!ma première rentrée en tant qu'élève... et la suite n'a guère été mieux... et le comble... j'ai été instit !!! défi que je m'étais lancé prouver qu'on peut être heureux à l'école... et je n'ai pas trop mal réussi.

    merci Nicole ton article est une perle.

    Bises

    8
    Mardi 2 Septembre 2014 à 08:25
    eMmA MessanA

    Voici à nouveau un bien joli article et je crois que si je n'avais pas toujours adoré l'école, tu me la ferais aimer !

    Tes élèves ont dû avoir bien de la chance.

    Je n'ai pas de souvenirs de mes premières rentrées des classes, c'est étrange, juste quelques scènes assez floues en cours d'année. Je devais être en maternelle à Gonesse et la maîtresse nous a demandé de chanter n'importe quelle chanson qui nous plaisait. Un petit garçon a entonné Le Lion Est Mort Ce Soir de Henri Salvador. Je n'ai jamais su pourquoi il s'est fait incendier. Moi, j'avais joué la sécurité en chantant Frère Jacques...

    Les souvenirs précis de rentrée remontent à partir de mes sept ans lorsque j'ai été obligée d'oublier ma langue maternelle et où l'on apportait tous son repas pour lunchtime.

    Encore, encore de tes souvenirs aussi savoureux que l'on imagine devait être ton repas chez la Berthe.

    Bisous,

    eMmA

    9
    Mardi 2 Septembre 2014 à 08:36

    Francis : Merci .Ne te vieillis pas ! Tu es allé en maternelle et là, les années s'ajoutent happy L'histoire de "ton nounours " je ne l'ai pas oubliée .J'ai lu une étude récente sur ce livre qui le disait efficace .Moi , j'aimais bien reproduire les dessins assez faciles .J'ai bien du écrire , mais je ne m'en souviens pas .En plus , j'aimais beaucoup aller dans cette école où je ne suis restée qu'un an 

    T' as sûrement sûrement trouvé le bon rythme pour ton travail personnel, quant aux rythmeS......intellosarcastic

    Bonne rentrée officielle !

    Daniel :Merci .Tu me rassures car je trouve que je n'ai pas beaucoup de souvenirs de ce jour . Mon bouquin est inoubliable .Mais a-t-on besoin d'un bouquin pour apprendre à lire ???? Je savais taper sur les rats , mais je n'ai jamais essayé happy Tu n'avais pas de cantine scolaire non plus . La Berthe aurait des ennuis maintenant et pourtant , elle ne prenait pas un centime à nos parents qui lui donnaient à l'occasion un poulet ou des patates .Aprés le repas , nous jouions dans sa cour .

    Les vacances se terminaient le 29 septembre en raison des travaux des champs .Donc , le 1er octobre pas garanti en 1949 à un jour prés 

    Jackie : Merci de ton témoignage d'instit ' qui a rendu ses élèves heureux et c'est bien aussi notre but . J'ai toujours aimé l'école et la plupart de mes instits  .Tu montres qu'on peut être instit' pour diverses raisons yes et la tienne en est une excellente .Avec tes talents artistiques , tu as du former de belles générations de peintre .

    10
    Mardi 2 Septembre 2014 à 08:44

    Emma : Mes élèves n'ont pas appris à cogner sur les rats ,c'est sûr ,  mais je n'ai jamais enseigné en CP ( classe la plus difficile , à mon avis ) .Tu as du entrer à l'école trés jeune , donc oubli normal .

    Bizarre , ton histoire de lion, mal acceptée .Peut-être des mots non autorisés à l'époque ! 

    Gonesse , tu étais près des avions ....happy Je comprends tout .Dommage qu'on t'ait obligé à oublier ta langue maternelle si chantante ! Merci de ton témoignage et belle journée

    11
    Mardi 2 Septembre 2014 à 12:17

    Vraiment une autre époque, superbement racontée ! Apprentissage scolaire mais aussi apprentissage de la vie.

    Me souviens d'une amie me racontant son trajet de 3 km à travers bois, fin des années cinquante, pour aller à l'école (bien sûr quel que soit le temps), avec ses frères. Comme elle était la plus jeune, elle fermait souvent la marche mais il y avait quelque avantage car c'est elle qui portait le pot de confiture destinée au repas de midi. Elle est souvent arrivée à l'école avec les doigts collants ...  ;o)

    Amitiés et pensées pour tous les enseignant(e)s !

    PS : possible de manger ce midi chez "la Berthe ?", tu donnes trop envie !  ;o))

    12
    kas
    Mardi 2 Septembre 2014 à 14:00

    quel belle évocation du ... passé

     

    mais non, cette aventure de l'école persiste, même si les formes ont changé.

     

    un petit renseignement...  :  les Chtis, il y en a donc dans le Bourbonnais

    pas étonnant que je m'y perde en géographie !

     

    13
    Mardi 2 Septembre 2014 à 18:35

    Tu me fais me souvenir de moments agréables et pourtant si lointains.

    Je n'avais pas besoin d'aller à la cantine ou chez la Berthe, l'école était près de la maison.

    Mais la "magie" des livres de lecture, le calcul et tout le reste, cette ouverture sur le monde...ces institutrices qui nous paraissaient si savantes (point de télévision à l'époque...) tout me plaisait!

    Apprendre à écrire à la plume trempée dans l'encrier, le buvard sous la main, les assembler pour former un mot qui avait un sens....que c'était bien!

    Gros bisous du jour de Mireille du sablon

    14
    Mardi 2 Septembre 2014 à 18:38
    eMmA MessanA

    Oh ma langue maternelle, je l'ai à nouveau apprise dès notre retour d'Australie ! J'en ai d'ailleurs un souvenir cuisant. J'avais dix ans, ne savais plus parler le français. Je suis arrivée en fin d'année scolaire à Vanves et je faisais au moins cent fautes aux dictées. Bref, j'étais la risée de tous. Ça aurait pu me casser, mais c'est tout le contraire qui s'est produit par la suite, grâce à une maîtresse formidable qui m'a prise sous son aile...

    15
    hélène
    Mardi 2 Septembre 2014 à 18:47

    J'adore ta rentrée des classes si bien contée, il semble que je suis la maman et sa petite fille pour cette journée si importante. En ville, ce fut plus simple, mais j'habitais loin de l'école, et je marchais longtemps pour y arriver. Hélas pas de cantine, j'étais obligée de refaire le même chemin..dur dur...


    De nos jours les enfants sont gâtés, les plats de la cantine sont bons....c'est Lola qui le dit et comme elle est difficile, je peux la croire.


    JJe t'embrasse bien fort, à bientôt


    L.N.

    16
    Mardi 2 Septembre 2014 à 21:24

    C'est-y drôlement bien conté, la Ch'tite Gâte!

    Merci Nicole, pour ce savoureux clin d'oeil à la rentrée scolaire!

    Question idiote, mais je l'ignore — ou alors je l'ai oublié :-(  : est-ce que tu étais prof?

    Bonne soirée, 

    amitiés,

    Ramon

    17
    Mardi 2 Septembre 2014 à 21:48

    Yanik :Bien marrant , le pot de confiture !Là , ce n'était que 2kms .Mais ensuite , j'ai habité pendant 3 ans à 4km de l'école et pour raccourcir le chemin , c'était le parcours du combattant .

    La Berthe aurait 110 ans .Et plus de bistrot en ce lieu !Finalement , on avait la pêche aprés le parcours à pied .

    Kas :Les Chtis , c'est dans le nord .Mais les Ch'tites gâtes et les Ch'tits gâts c'est dans le Bourbonnais , tu sais la province où les chevreuils embrassent  les voitures et où les habitants sont tous un peu bredins et fiers de l'être.

    Mireille ; Tu aimais bien l'école et tu en gardes un joli souvenir exprimé avec des mots trés agréables .Et les instits remplaçaient la télé sans le savoir  

    Merci à vous et bonne soirée 

    18
    Mardi 2 Septembre 2014 à 22:03

    Emma :Ton parcours est passionnant et tu es encore plus sympa quand tu emploies le mot formidable pour ta maîtresse .

    Hélène ; C'est gentil ce que tu dis !Pas de Berthe pour te faire manger à midi à La Rochelle .Bien sûr que c'est bon à la cantine !Et Lola doit se régaler !

    Ramon : Tu maîtrises le patois bourbonnais .Bravo ! Avec les "y " et Ch'tit , tu es sûr de ne pas te perdre en 03 .happy

    Réponse : J'étais PE ( Professeur des écoles , mes 6 ou 7 dernières de boulot ) .Mais comme je n'aime pas ce mot , je vais te dire que j'ai été Instit ' pendant 36 ans ( ce mot là me convient mieux ) .Mes élèves m'appelaient " Maîtresse " et c'est le nom que je préférais yes.

    Bonne soirée et merci à vous tous 

    19
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 09:22

    Oui, une très belle histoire de la ch tite gâte, de beaux souvenirs partagés là!

    Pas de souvenirs de la petite école ou très peu pour moi. Ceux du collège et lycée sont plus récents mais tout aussi peu marquants...je me souviens par contre parfaitement de mes trajets en car pour y aller ou je passais mon temps la tête à la fenêtre, à regarder les nuages pour essayer de leur trouver une forme...! je crois pouvoir dire que je n aimais pas l école! C est peut être pour cela que la rentrée pour mes enfants est toujours une épreuve pour moi!!!

    enfin bon, je vois que ta première rentrée à été la première d une très longue série où tu as pur apprendre des tonnes de choses aux petits oisillons tombés du nid!

     

    je t embrasse, bon mercredi, pas d école chez nous les mercredis.

    20
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 09:44

    Halgaro : Merci .Bien passée la première rentrée de Poupette ? Bien passée ,surtout  pour sa maman ?

    Tes enfants doivent être ravis d'aller à l'école .Allez , Halgaro , les instits ne sont pas ou plus des ogres .Pas d'école le mercredi , ben ça c'est une chance qui doit te donner le sourire .

    Mes oisillons tombés du nid avaient 9- 10 ans et au départ j'en ai même eu de 15 ans , voire plus .Bon , un petit passage en grande section de maternelle où je n'étais pas assez artiste pour y rester , à mon avis .

    Amuse-toi bien avec tes 3 loulous en ce mercredi !

    21
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 10:10

    Oui tout s est bien passée, elle est ravie, ses frères aussi, c est reparti pour une année. Et puis, je n ai pas pleuré , juste la nuit complète d avant, et juste lorsque j ai quitté la classe. :-)

     

    Au fait suis passée dans ta région pendant mes vacançes puisque j ai mangé des bonbons Vichy pendant 15 jours, et sommes passés par Moulins au retour.

    Bises

    22
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 10:41

    Halgaro : Tu deviens une grande pour l'école.Bravo !happy Les mamans qui pleurent , plus dur à gérer que les gamins ! Fallait le dire pour ma région .Pas pensé que tu passais par là pour aller chasser l'edelweis !

    23
    daniel63
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 06:44

    tongueOn mange des bonbons à Vichy ...Mais que mange t'on à Moulins ?

    24
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 08:38

    Daniel : C'est une question à combien ? Je te verrai bien te jeter sur les palets d'or happy peut-être moins connus , en France que les pastilles .

    25
    daniel63
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 06:11

    Moins connus , certes , mais que c'est bon !

    Ce quartier de Moulins était une étape très courue sur la N7 pour les premiers voyageurs en automobile .. 

    26
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 08:36

    @Daniel : Comme tu en rêves de ces palets d'or , regarde ici un article de la Semaine de l'allier .Et oui , la nationale 7 faisait de Moulins la ville incontournable .Mais les palets d'or ont bien encore du succés , je pense

     Comme ils font partie du patrimoine bourbonnais , je mets ici un extrait du site Allier-Tourisme .Vrai qu'ils valent le détour 

    LES PALETS D'OR


    Créé à Moulins à la fin du siècle dernier par Bernard Sérardy, le Palet d'Or est sans conteste la spécialité sucrée de la capitale historique du Bourbonnais.
    Ce chocolat mi-amer, composé d'une ganache faite à partir d'un mélange de chocolat et de crème fraîche, et légèrement parfumé au café, possède la particularité d'être recouvert par quelques paillettes d'or fin.
    Ce petit plaisir fut un tel succès à l'époque qu'il sera copié de nombreuses fois, un chocolatier de Saint-Germain-en-Laye déposa même un brevet à son nom ! Après des années de procès, l'appellation Palets d'Or fut rendu à son créateur, et par la même occasion aux Moulinois, ravis de pouvoir retrouver ce qu'ils considèrent comme leur patrimoine local.

    .

    27
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 21:44
    Marité

    Quelle belle histoire tu nous contes là ! Le souvenir que j'ai de ma 1° rentrée scolaire était que nous étions beaucoup (du CP au certificat d'études), une quarantaine environ... La classe était sombre et le poêle à charbon au milieu. L'instit', aux yeux bleus, était en blouse bleue, et sentait l'après-rasage. Je te mets un lien avec photo à l'appui :-)


    GROS BECS Nicole

    28
    Samedi 6 Septembre 2014 à 10:22

    Marité : Une histoire vraie !happy Je viens de cliquer sur le lien et d'aller voir ton bel instit de CP .Le souvenir de mon livre m'empêche de me rappeler du nombre d'élèves !!!

    Le poêle à charbon devait bien être là pour la rentrée de la Ch'tite Gâte : enfin bois et charbon en 03.J'ai eu quelques difficultés pour l'allumage de ces poêles au début où je bossais . Je crois que tu en as fait beaucoup, toi aussi ,des rentrées scolaires !!!yes Merci Marité et bon WE.

    29
    gi
    Lundi 8 Septembre 2014 à 12:24

    Jolie histoire.... 

    je crois bien avoir appris à lire avec ce lit, le pauvre rat me parle ! et je vois qu'à cette époque on apprenait les voyelles avec l'accent aigu en même temps ! On allait à l'école en galoche aux semelles de bois qui avaient l'art de bien glisser sur le verglas !

    Je suis née à Roanne, pas très loin de l'allier.... et mes beaux souvenirs se situent dans les bois noirs et dans les montagnes de st Just en Chevalet ou près des Biefs ! ou bien en Saône et Loire à Iguerande...

    Je suis maintenant Havraise... en ayant vécu à Lyon et à Marseille ! Partout de bons souvenirs et de belles rencontres.... et les blogs nous permettent d'en faire de nouvelles !

    Bonne journée

     

    30
    Lundi 8 Septembre 2014 à 14:25

     Gi :Merci et Bienvenue sur mon blog  .On s'est croisé sur blog du côté de Niort happy.

    Eh oui, Roanne c'est prés du 03 .Les Bois Noirs ,en hiver avec des galoches , j'imagine .Moi j'avais des sabots avec du cuir dessus appelés "sabotes " en Bourbonnais et p'tête bien galoches vers Saint Just .Les Galoches bourbonnaises , c'étaient comme des souliers mais avec semelles de bois .Toutes les voyelles ensemble et l'accent , c'est sûr . Je raconterai , un jour , une anecdote avec cet accent .

    Le rat frappé par René a du servir un bon moment : il avait la peau dure ! Edité en 1931, il était encore là en 1950 dans certains de nos villages , mais en piteux état .Et pourtant , la méthode Boscher ( utilisée de 1920 à 1960 environ )était plus gaie .

    Mais je t'Y dis que le "rat " nous a bien appris à lire !

    Gi , je te mets le site d'un groupe folklorique bourbonnais , résidant à Roanne .Voir ici 

     

    31
    Lundi 8 Septembre 2014 à 18:53

    quel beau billet...pour ma part, je me rappelle de ma petite blouse rose à carreaux...le verre de lait qu'il fallait boire...(je pense que je n'aimais déjà pas le lait)...le cartable qui sentait bon...les chnow-bottes (heu...pas sûre de l'orthographe mais sûre de la prononciation...) en caoutchouc que l'on enfilait sur les petits chaussons montants  à carreaux et en feutre...la belle affiche de lecture au tableau...puis un peu plus tard de mon livre de lecture...Boucles d'or et pomme d'api...dont j'ai retrouvé une édition avec le nom de l'élève l'ayant eu entre les mains,  il y a quelques années chez un bouquiniste des quais de Seine...

    aujourd'hui, j'aimerais parfois jouer à la Berthe...pour faire un goûter et lire de jolis livres aux enfants...mais, c'est vrai que les agréments et les assurances dont tu parles si bien font que l'idée me paraît moins sympathique...et c'est bien triste...

    la mode fait que parfois on fait des retours en arrière...on copie à la sauce actuelle mais sans cette saveur que l'on a connue...d'avoir été institutrice, penses-tu que c'est encore un beau métier ?

    32
    Lundi 8 Septembre 2014 à 19:19

    très bien ta note Nicole, un bon témoignage de l'école primaire autrefois, des détails précieux aussi pour tes enfants, petits enfants. Il est vrai que dans les campagnes, trajets et repas étaient différents que ceux des villes.

    ma méthode de lecture au CP était "Nicole et Victor André Millet chez Larousse; pour le calcul, mon père m'avait fait des buchettes en bois et maman un petit sac en tissus avec une lacette, finalement cette simple méthode a fait du profit, j'étais bonne en calcul mental et vie professionnelle de comptable ! !

    Un de mes petits enfants, en CE2, il a fallu acheter une calculettte, quel contraste ! Amitié et bises. Renée

     

    33
    Mardi 9 Septembre 2014 à 13:36

    Ramage : Bienvenue à toi avec Boucle d'or et Pomme d'api qui auraient bien tenu compagnie à Lili , Toto , René 

    Mais , d'aprés mes recherches l'édition serait de 1951 et " Mon " livre datait de 1931.Le lait , c'était Mendés France qui l'avait instauré .A la campagne , on nous mettait du cacao dedans .Tu peux  lire  ici .Pour "jouer à la Berthe " il te faudrait  bien 72 autorisations .C'est toi qui devras garder les paniers au frigo et pas dans la cave comme la Berthe ....et si un enfant est malade , attention !!!yes A mon avis , cherche un autre jeu !!!!happy

    Oui, je pense qu'Instit est toujours un beau métier .Avec les enfants , on devrait y arriver à condition de ne pas suivre les programmes officiels de trop près .Sérieusement , je plains les enseignants avec toutes les directives qui leur tombent sur la tête , parfois inapplicables .

    Campanule : Merci .C'était amusant ces promenades avec le panier ! Les cantines sont apparues peu à peu entre 1950 et 1955 , dans beaucoup de villages .Tu avais un livre à couverture écossaise ,si je me souviens bien  ( grâce au prénom yes) .J'avais complétement oublié mes bûchettes dans un sac bleu .Merci de me les rappeler .

    Pour comprendre unités , dizaines , centaines , rien de mieux que ces bûchettes !Tu as même du les utiliser dans ton boulot , ces bûchettes happy

    Une calculette au CE2, je ne trouve pas  cela très utile  . Initiation sûrement et au programme ! Mais on peut aussi l'utiliser occasionnellement pour faire plus de problèmes en 1 h ou pour vérifier des opérations .J'en avais en classe pour cela , mais en CM .Les tables de X doivent bien toujours être au programme .

    34
    Mardi 9 Septembre 2014 à 18:30

    Un joli récit à travers ton post de cette rentrée qui ressemble beaucoup à celles qu'il y avait dans nos campagnes!


    Bonne soirée, bises.

    35
    Mardi 9 Septembre 2014 à 18:35

    Valérie : Merci .Je pense que tu avais un livre plus moderne , mais peut-être bien pas de cantine .J'espère que tu as fait une excellente rentrée toi aussi .Bon courage !

    36
    Vendredi 19 Septembre 2014 à 01:18

    intéressant reportage d'une epoque que je ne connais pas ..


    merci de ce partage ! et de ces superbes photos !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :